Des Revues en rapprochement sur l’axe nord-sud

Nicola Gianinazzi

De la Suisse italienne

Nous fournissons régulièrement des prestations de consultance individuels à des collègues psychologues et psychothérapeutes ainsi, qu’occasionnellement, à des Instituts de formation suisses ou étrangères, ainsi qu’à d’autres institutions privées et publiques.

En ce qui concerne le travail intra-associatif, il consiste principalement en des activités de médiation entre les réalités régionales et nationales, d’activité de consultance et, enfin, cette activité ayant pris une importance importante, la révision et la traduction de textes informatifs ou plus purement techniques.

C’est avec profit que nous continuons à coopérer avec l’Institut de recherche de groupe chargé de l’organisation de la formation continue, afin que nous puissions toujours garantir un large éventail de cours de qualité.

Les cours peuvent être choisis dans le cadre du cursus de formation post troisième cycle selon le concept ASP Integral.

En tant que délégué, je collabore de façon soutenue avec l’IRG pour préparer et accompagner les différentes étapes de l’accréditation, en particulier les visites avec les experts désignés de l’AAQ. Le travail de médiation entre les réalités régionales et nationales, la consultance, la révision et enfin, avec toute l’importance qu’a pris cette activité, la traduction des textes, devenue primordiale.

 

Panorama de la psychothérapie au Tessin

À ce stade de droit transitoire et d’accréditation lié à l’avènement de la LPP, vous pouvez remarquer une certaine consolidation du statu quo en ce qui concerne le Tessin. La dynamique n’impliquait pas de collaboration majeure entre les petites écoles privées, mais il nous semble plutôt assister au contraire : en renforcement des différentes identités et une concentration des ressources des différentes écoles de psychothérapie sur elles-mêmes. Cette reconversion vers une approche plus compact ou ce repli n’est pas un mal en soi, mais on est en droit de se demander où reste le potentiel d’autres dynamiques et innovations dans notre domaine, surtout quand chaque Institut aura rapporté son « ticket » chez lui.

Un peu plus inquiétant est le fait que, sur le portail sud de AlpTransit, à l’heure actuelle, sont accrédités ou en voie accréditation définitive presque exclusivement des réalités psychanalytiques, les grands absents étant les cognitivistes, bien présents outre frontière et, historiquement également, dans les services publics et dans les cabinets privés cantonaux de soins ambulatoires.

On ne peut qu’être déconcerté par le fait que le seul parcours cognitif d’études reconnu jusqu’ici par la FSP ait été révoqué et qu’il n’y a aucune reconnaissance d’un autre programme cognitif quel qu’il soit, ayant bénéficié d’une accréditation même provisoire.

 

Au-delà de la frontière

La revue Psychothérapie et Sciences Humaines, - psychanalytique et interdisciplinaire - a formulé, aux psychanalystes, un peu partout dans le monde1 : des interrogations sur des questions clés, telles que la perception de l’identité de la psychanalyse, la prolifération des différentes « écoles », le problème de la formation, qu’appelle-t-on « psychanalyse contemporaine », quel est l’auteur le plus important et pourquoi, quels concepts centraux de la psychanalyse ont maintenu leur validité, que reste-t-il de la théorie freudienne des rêves, quelle est aujourd’hui la signification de l’Œdipe, comment voient ils la relation avec la neuroscience et la recherche empirique, et ainsi de suite. Ces réponses (qui proviennent de divers auteurs qui, dans le passé, ont collaboré avec le magazine, y compris Otto Kernberg, Glen Gabbard, Peter Fonagy, Nancy Monge, Morris Eagle, Christopher Bollas, Philip Bromberg, Wilma Bucci, Allen Frances, Sophie Freud, Larry Friedman, (Jay Greenberg, Horst S’kaechele, Joseph Lichtenberg, Thomas Ogden, David Shapiro, Bob Hinshelwood, etc.) sont publiées dans le N° 3/2016 de la revue.

 

Cette enquête a suscité un vif intérêt médiatique en Italie.

 

La revue Psychothérapie et sciences humaines entre dans le PEP Web à l’occasion de son 50ème anniversaire :

« Le PEP (Psychoanalytic Electronic Publishing -www.PEP-Web.org) est la base de données la plus importante des revues de psychanalyse en texte intégral, c’est-à-dire qu’elle inclut l’ensembe des articles publiés en intégralité sur Internet depuis l’année de sa fondation. » Il recueille les revues les plus importantes de psychanalyse au niveau international, par exemple l’International Journal of Psychoanalysis (avec tous les articles intégraux depuis le premier numéro, à savoir en 1920), le Psychoanalytic Quarterly (à partir de 1932), le journal de l’American Psychoanalytic Association (depuis 1953), la Psychoanalytic Review (à partir de 1913), etc. « C’est une collection d’une importance énorme, non seulement pour la quantité de données qu’elle contient, mais aussi parce qu’elle permet tout type de recherche, par mots clés, extraits de texte, auteurs, titres, etc. »

« Nous profitons de l’occasion pour vous faire savoir que, depuis 2017, le magazine est également indexé dans le Web of Science, une base de données de revues scientifiques très prestigieuse, qui se trouve être la plus importante au niveau international. » Psicoterapia e Scienze Umane est le seul journal italien de psychothérapie (et bien sûr aussi de psychanalyse) a être indexé dans Web of Science. »

L’adresse Internet de la revue Psicoterapia e Scienze Umane est : www.psicoterapiaescienzeumane.it

Il m’a semblé important de signaler, concernant la partie cognitiviste, l’existence de l’intéressant site State of Mind que vous trouverez à l’adresse Internet suivante : www.stateofmind.it/psicoterapia

 

Nicola Gianinazzi

Membre du Comité et délégué pour la Suisse italienne

1 Les textes entre guillemets ont été écrits par le co-directeur du magazine Paolo Migone.

Refbacks

  • Im Moment gibt es keine Refbacks